lundi 1 mai 2017

Transférés

Autrice : Kate Blair
Michel Lafon Jeunesse
263 pages – 16,95€

Dans un futur proche, l’humanité a trouvé le moyen de soigner toutes les maladies : les transférer aux criminels, dont la quasi-totalité vient des ghettos, maintenus au ban d’une société qui touche à la perfection.
C’est dans ce monde qu’est née Talia Hale. À 16 ans, elle est la fille chérie d’un politique qui se voit déjà Premier ministre d’Angleterre. Atteinte d’un simple rhume, au plus grand dégoût de son entourage, elle doit subir son premier transfert. Mais à l’hôpital, Talia sauve une petite fille d’une agression. Une petite fille qui vit seule avec son grand frère, Galien, dans les ghettos.
Grâce à Galien, Talia découvre l’envers du décor et l’horreur d’un système où seuls les plus riches ont le droit à la santé.
Pour changer une société où la frontière entre bien et mal est plus floue que jamais, Talia devra briser le cocon doré dans lequel elle a grandi et combattre tout ce en quoi elle a toujours cru… y compris son propre père.

LE MONDE PARFAIT A UN PRIX


Mon avis :

Cela fait maintenant quelques minutes que je suis bloquée face à mon clavier, ne sachant pas comment aborder ma chronique de Transférés. Si j’osais, je me contenterais de dire que c’est une déception et que je n’ai vraiment pas passé un bon moment avec ce roman, que malgré ses 263 pages j’ai pris un temps infini pour le lire et que j’ai eu envie de l’abandonner à peu près toutes les trente pages. Et quel dommage ! Avec un tel résumé je m’attendais à une vraie bonne histoire dystopique, originale, qui cassait un peu les codes convenus du genre. Et certes, l’idée sort des lieux communs que l’on retrouve habituellement dans les dystopies young adult, mais c’est bien la seule chose qui m’aura enthousiasmée durant ma lecture.

Dans un futur indéterminé, la menace de la maladie n’est plus à craindre pour les familles aisées : lorsque les premiers symptômes se font sentir, un simple transfert permet de se débarrasser d’un rhume ou d’une gastro. Nous rencontrons Talia, fille d’un sénateur en pleine campagne électorale, alors qu’elle-même se rend à l’hôpital pour subir un transfert. Le système judiciaire en place permet ainsi de punir les criminels en leur administrant une maladie à la hauteur de leurs crimes, et Talia n’est pas choquée outre mesure devant le fait que son rhume serve de condamnation à un inconnu ayant commis un petit délit. Mais une fois l’opération terminée, Talia assistera à l’agression d’une petite fille et ne pourra s’empêcher d’intervenir. Elle passe alors sans le savoir de l’autre côté de la barrière des privilèges et découvrira l’injustice du système, voire même du programme de son propre père.

Mon premier problème avec Transférés, c’est le style. Je ne veux pas trop m’y attarder parce qu’il s’agit d’une traduction, mais j’ai vraiment été ralentie dans ma lecture par les phrases lapidaires qui ont alourdi le rythme et rendu le style poussif au possible. J’ai carrément mis le roman en pause après le premier tiers, stoppée dans mon élan par un passage où se trouve une accumulation de phrases laconiques digne d’une liste de courses. Heureusement, cela se décante dans la deuxième moitié du roman (sans pour autant devenir limpide) mais le début en pâtit vraiment. Alors bien sûr, j’apprécie lire de belles plumes, mais j’arrive à passer outre lorsque l’intrigue me passionne, et c’est souvent le cas en littérature jeunesse où YA. Malheureusement, le reste n’a pas réussi à m’enthousiasmer non plus. Car les promesses annoncées peinent à être tenues : tout est trop survolé, précipité, bâclé. On ne sait rien de plus que ce que voit le protagoniste principal, et si cela n’empêche pas de comprendre l’intrigue, cela en gâche la saveur. Le roman aurait clairement mérité de s’étoffer de quelques pages pour revenir sur le pourquoi du comment. Enfin, les personnages sont tout sauf mémorables et aucun n’est parvenu à ne serait-ce qu’attiser mon intérêt. Pourtant, tout était terriblement intéressant sur le papier de ce côté-là aussi, avec l’entremêlement de la politique et de la relation père-fille, alors que Talia commence à s’éloigner des valeurs prônées par le parti de son père… Mais le tout retombe comme un soufflé, de ce côté-là aussi.

Tout, absolument tout aurait mérité un approfondissement. Car j’ai envie de croire que l’on ne choisit pas d’écrire de la dystopie sans avoir envie d’ouvrir son lectorat à la réflexion, que le but est de mettre en avant les inégalités et les injustices sociales et les moyens de lutter contre. Bien sûr, il se trouve aussi que je n’ai réellement aimé aucune des dystopies que j’ai pu lire, même si ces dernières respectaient ces derniers points. Je suis donc loin d’être une référence en ce qui concerne ce genre, mais je pense tout de même que Transférés souffre de défauts qui dépassent l’appréciation d’un genre littéraire. Une lecture décevante donc, qui lance tout de même une bonne idée de débat même si elle ne prend pas le temps de s'y attarder. 


Mes copines de LC, Capu et Anne-So, n'ont pas été plus conquises que moi, malheureusement. 

8 commentaires:

  1. "Tout, absolument tout aurait mérité un approfondissement." VRAI VRAI VRAI

    RépondreSupprimer
  2. La liste de courses... #tmtc
    Quelle tristesse ce livre, mes aïeux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'estime heureuse d'avoir été bien entourée durant cette épreuve. Merci zà vous.

      Supprimer
  3. OKAY OKAY, on est d'accord ! Ce livre est... Bouh.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, totalement bouh. Alors qu'il avait l'air original et tout !

      Supprimer
  4. Arf. Dommage. Comme quoi les personnes qui rédigent les 4ème de couv vendent parfois (parfois) trop bien le bouquin
    ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, c'est sûr que ça donnait envie !

      Supprimer