jeudi 30 juillet 2015

Tag : Je blogue un peu, beaucoup, passionnément !

Mon petit Boubamour, la grande Saefiel, ma muse, ma copine, elle qui est si forte qu'on la croit pistonnée, cette gourgandine de chez Cochonou... (Je n'ai pas perdu l'esprit, tout cela a un sens) Eh bien, elle m'a taguée ! Je ne sais pas si c'est la saison des tags ou s'ils sont en promo en ce moment, mais en voilà donc un nouveau. J'espère qu'il vous plaira ! En répondant aux question de ce tag, j'ai eu l'impression de répondre à une sorte d'interview, attendez-vous donc à en apprendre plus sur la blogueuse derrière la blogueuse. #révélations #pasdutout

Aussi, je m'en excuse mais ce tag sera un tag sans image aucune, parce que photoshop a décidé que ce soir il avait la migraine et qu'il fallait le laisser tranquille. Je n'ai pas trouvé la force de lutter contre lui, pardon


► As-tu une ligne éditoriale pour ton blog ? Si oui, quelle est-elle ?
Hum, je pense qu'on peut dire ça, même si je ne m'en suis pas rendue compte tout de suite. Je lis presque exclusivement des littératures de l'imaginaire, voire uniquement de la fantasy, alors forcément mon blog est axé fantasy. Je tiens aussi à ce qu'il soit en parfait équilibre entre le sérieux et le fun : Mes chroniques sont écrites avec soin, toujours honnêtes et je prends du temps pour qu'il y ait du contenu, mais je n'hésite tout de même pas à être moi-même et à jouer la carte de l'humour dans mes avis.

► Pourquoi avoir choisi ce titre pour ton blog ?
J'ai cherché un nom de blog pendant bien deux ans, ce qui en a constamment repoussé la création. Je voulais quelque chose de court, d'accrocheur, qui me corresponde et qui soit unique. Pas forcément en rapport avec la lecture, je me suis dit que le contenu du blog suffirait. Et puis un jour, le déclic s'est fait. Allisonline, c'est un jeu de mot avec plusieurs significations : Allison/online, Allison line, All is online, Alli's online... Bref, je pense que le message est clair : Je m'appelle Allison et j'écris des lignes en ligne. Cela peut sembler un peu narcissique, mais je trouve ça efficace. #narcissonline

► Pourquoi avoir choisi cette entête pour ton blog ?
Je n'ai rien choisi, dans le sens où j'ai créé ma bannière. Je vous avoue que je n'en suis pas vraiment satisfaite, n'étant jamais contente de mes dessins. Mais encore une fois je voulais quelque chose d'unique et qui fasse directement penser à moi, dans un soucis de reconnaissance. J'aimerais vraiment en faire une plus jolie où ma "tronche améliorée" ne serait pas au centre, un peu plus onirique, avec un joli fond. Mais je ne m'en sens pas encore capable... Mais Ghost et Devi y apparaitront probablement toujours ! Pour le moment, je laisse tel quel avec l'espoir de pouvoir la changer sous peu.

► En moyenne, combien de temps mets-tu pour rédiger un billet ?
Longtemps ! Écrire m'est très difficile. En général, les idées fusent, j'en ai même à foison et mon imagination est très fertile. Mais dès que je suis face à mon clavier, je bloque. En plus, j'ai beaucoup de mal à me concentrer sur une seule chose, un rien capte mon attention et je perds un temps précieux à me re focaliser sur ce que j'étais en train de faire. Je dois souffrir d'un déficit de l'attention, en fait ! Il se peut que l'écriture d'une chronique me prenne plus d'une journée, même si parfois j'en écris certaines d'un seul jet. En général, cela me prends au mieux deux heures, sans compter la mise en page. Et pour les articles, du style TTT, une bonne heure me suffit, mise en page incluse.

► Combien de temps consacres-tu à ton blog par jour ?
Pas assez de temps, de toute évidence ! Je suis très désorganisée, j'ai du mal à m'imposer de faire les choses de façon régulière. Même si j'y consacrais une heure par jour, je pense que je ne travaillerais efficacement qu'une dizaine de minutes en tout. Je songe sérieusement à me faire un vrai programme, histoire de poster de façon plus régulière.

► Ton moment préféré pour écrire ?
Tard, pour ne pas dire tôt le matin tant c'est tard. Heureusement que Facebook propose les publications programmables, sinon je vous posterais certains avis à 4h du matin de temps en temps... Et en ce moment, comme je travaille, c'est plutôt entre 22 et 23h. En fait, je n'ai pas vraiment d'heure, mais une chose est sure : je suis inefficace avant 10h du matin, quel que soit la chose à faire.

► Considérant le nombre de visiteurs et de commentaires pour cette catégorie, tu pourrais la laisser tomber sans que le blog en souffre…
Oh, je poste peu d'articles hors-chroniques mais ils ont toujours énormément de succès (enfin, relativement aux articles de mon blog) Par exemple, mes quatre articles sur les Imaginales ont été vus plus de 200 fois chacun alors que je peine à arriver à 100 vues sur mes chroniques. Je pense donc continuer à faire ce qui me plait, surtout que le nombre de vues n'est pas ma priorité dans ma façon de blogger :)

Qui m’aime me suive – Préfères-tu avoir une grande affluence diversifiée ou le même gang de fidèles ?
Je suis ravie de la petite bande de fidèles lecteurs qui suivent mon blog avec assiduité, et je pense qu'ils se reconnaitront ;) Mais cela ne m'empêche pas de sautiller de joie à chaque nouveau like sur ma page, ou lorsque je vois un nom inconnu laisser un commentaire. Le mieux serait bien sûr d'avoir une grande affluence diversifiée hyper active qui deviendrait un gang géant de fidèles ! Mais je ne suis pas sure d'être capable d'assumer, hum.

► Tu as déjà pensé à devenir Booktuber ?
Alors oui, j'ai déjà songé à faire des vidéos youtube, et j'aimerais beaucoup concrétiser ce projet dès que j'aurais de quoi faire des vidéos de qualité - ce qui pourrait ne jamais arriver, car cela sous entend avoir une bonne caméra et un bon logiciel de montage, pour commencer. Mais je ne veux pas devenir "Booktubeuse" tout simplement parce que je ne me retrouve pas du tout dans la communauté Booktube francophone.
Pour apprécier une vidéo, j'ai besoin d'y trouver de la vie et de l'humour, de l'enthousiasme et un brin de folie, mais je veux aussi qu'une vidéo soit bien coupée, bien montée et scénarisée ! J'ai beaucoup de mal avec les vidéos en one-shot, ou celles qui dépassent les huit minutes. Et aussi, j'aimerais beaucoup voir autre chose que du young adult, et tout le temps sur les mêmes livres... Bref, à part Sita de la chaîne Do cats eat bats ? je ne vois personne qui corresponde un minimum à ce que j'attends des vidéos booktube. Je me rabats donc sur les vidéos anglophones en désespoir de cause.
Bien sûr, je me doute que l'exercice n'est pas simple et je ne critique le travail de personne, je ne m'y retrouve tout simplement pas, contrairement à des dizaines de milliers de personnes... Donc en gros, si je me mets à faire des vidéos un jour, personne ne les aimera ! Hahaha ! 

► Tu as déjà pensé mettre la clé sous la porte pour ton blog ? Si oui, pourquoi ? Et pourquoi continuer ?
Pas vraiment, je pense que mon blog est bien trop récent pour que le blues du blogueur ne me touche pour le moment. Et je pars du principe que je ne serai jamais une grande de la blogo, je fais vivre mon blog avec passion, sans chercher la reconnaissance à tout prix. Si je continue avec cette mentalité, Allisonline devrait vivre encore quelques belles années !

► Tu visites un blog littéraire pour la première fois…
... Je vais immédiatement voir l'onglet "à propos" ou équivalent, pour me faire une idée du style de lectures de la personne qui tient le blog. Puis je fais le tour des articles : les plus récents d'abord, puis plus spécifiquement en suivant le sommaire, les tags ou les catégories.
J’adore! J’y reviendrai souvent, parce que…
Je suis un peu superficielle sur ce sujet, mais un blog bien tenu, aéré, qui ne m'agresse pas avec une bannière hyper photoshoppée ou des couleurs trop flashy me donnera plus envie de revenir qu'un blog impersonnel ou mal tenu. Cela reste cependant un détail, ce qui m'intéresse le plus étant le contenu et s'il est au rendez-vous, je pourrais surement passer outre l'esthétique. Une fois cette étape franchie, le blog devient un de ceux que je visite régulièrement s'il se démarque : s'il propose de bons avis, s'il a une façon de chroniquer drôle, ou touchante, ou juste belle. Pour tout vous dire, cela se fait beaucoup au feeling !
Au suivant, parce que…
Plusieurs raisons me poussent à ne pas revenir sur un blog et j'avoue être assez catégorique. Premièrement, les fautes à foison, c'est rébarbatif. Par exemple, que quelqu'un confonde -é et -er de façon régulière sur un blog de chroniques littéraires, surtout quand ce sont des chroniques en SP pour des maisons d'éditions, ça me hérisse le poil. Une faute par ci, par là, ce n'est rien et je suis la première à faire des erreurs d'inattention, mais clairement, quand je vois que la personne n'a même pas l'air de s'être relue, je nexte. Deuxièmement, et je pense que c'est pareil pour tout le monde, si le blog se spécialise dans des genres qui ne m'intéressent pas comme la romance paranormale ou la romance tout court, je n'y trouverais aucun intérêt et je n'y reviendrais pas. Enfin, si je vois que le blog en question a mal chroniqué des romans que j'aime, et donné de bonnes notes à d'autres que je n'aime pas, je ne m'y sentirais pas bien non plus.

► Je consulte souvent ce blog, mais ce type de billets m’agace ou m’ennuie.
Je ne sais pas trop quoi répondre ici. Même sur les blogs que j'aime beaucoup, il se peut que des articles m'interpellent moins que d'autres, ou que certaines chroniques ne m'intéressent pas. Alors je ne les lis pas, tout simplement. Increuyable !

► Pour terminer, dirais-tu que tes habitudes de lecture ont changé depuis que tu tiens ton blog ?
Je ne crois pas. En fait, je lis moins qu'avant mais cela n'a aucun rapport avec le blog, c'est plutôt dû aux aléas de ma vie réelle. Je lisais en cours, je ne peux pas le faire au travail, je vis avec Matthieu depuis fin 2013 et nous passons forcément plus de temps ensemble, j'ai un chien que je promène régulièrement, mon temps de transport en commun s'est considérablement réduit... Ce sont pleins de petites choses qui font que je lis moins qu'avant. Mais sachant que je ne faisais absolument que ça, et que tout mon temps libre ou presque y est consacré, je lis tout de même toujours pas mal.


Voilà les coupains, je conclurais en disant que je blogue un peu, mais passionnément, et c'est déjà pas mal ! J'espère que cela intéressera certains d'entre vous, même si c'est un tag assez particulier où il est difficile d'être drôle. N'hésitez pas à le reprendre s'il vous plait ! Quant à moi, je remercie Sae d'avoir pensé à moi ! Il ne me reste plus qu'à vous dire à la prochaine, mais avant...

JE TAGUE SUPY. SEULEMENT SUPY.
LOVE.

lundi 27 juillet 2015

Le Roi des Fauves




Auteur : Aurélie Wellenstein
Illustration de Aurélien Police
Éditions Scrinéo
283 pages
16,90€

Accusés de meurtre, Ivar, Kaya et Oswald sont injustement condamnés à un sort pire que la mort. Enfermés dans un royaume en ruines, coupés du monde, il leur reste sept jours d’humanité. Sept jours pendant lesquels le parasite qu'on leur a inoculé va grandir en eux, déformant leur corps et leur esprit pour les changer en monstres, en berserkirs, ces hommes-bêtes enragés destinés seulement à tuer ou être tués.

Commence alors une course contre le temps, effrénée, angoissante, où les amis d’hier devront rester forts et soudés, pour lutter contre les autres. .. et surtout contre la bête qui grandit en eux. Existe-t-il une issue ? Existe-t-il un salut quand son pire ennemi n'est autre que soi-même ?


Mon avis :

Je l'avoue, j'ai principalement craqué sur le Roi des Fauves à cause de sa sublime couverture signée Aurélien Police. Couverture qui n'est pas seulement belle, mais aussi très intrigante et qui fait au final parfaitement écho au contenu du roman... un sans-faute ! Alors quand en plus le titre est bien accrocheur, que j'apprécie la maison d'édition et que le résumé laisse sous-entendre une inspiration nordique, je ne vois pas comment il est possible de résister. Le Roi des Fauves est une one-shot, qui plus est assez court, que j'ai dévoré en un après-midi tant il était prenant. Et en effet, l'univers emprunte beaucoup aux paysages et à la mythologie nordique, j'étais donc déjà conquise avant même de me lancer.

Les héros du roman sont affamés par une famine durable, dans une froid mordant, alors que les terres du Jarl, toutes proches mais interdites, sont un parfait terrain de chasse. Dès le début du roman, leur décision est arrêtée : ils iront braconner sur les terres privées et rapporteront de quoi nourrir leurs familles. C'est ainsi que Ivar, grand gaillard au grand cœur, Kaya, jeune fille courageuse au caractère bien trempé, et Oswald, le bon copain un peu en retrait, vont être arrêtés et punis de la pire des façons. Ils vont être forcés d'ingurgiter un parasite contaminé qui les transformeras en berserkirs.

Les berserkirs sont donc le point fort de ce roman. Présentés très tôt dans le récit, ces créatures mi hommes, mi bêtes sont extrêmement mystérieuses et l'on se pose de nombreuses questions à leur sujet. L'on a envie de savoir si l'homme peut prendre le dessus sur l'animal ou bien s'il reste une part d'humanité en eux... Mais je vous laisse découvrir ces créatures par vous même. Ce que je peux vous dire, c'est qu'une fois le parasite ingéré, nos trois amis devront lutter contre l'animal en eux durant sept jours, repoussant sans cesse le moment où leur humanité disparaîtra, se raccrochant à l'espoir que, peut-être, ils peuvent être libérés de leur malédiction. Après tout, n'ont-ils pas tous entendu l'appel du Roi des Fauves ?

J'ai particulièrement aimé l'ambiance du roman, sombre et angoissante, tout en restant réaliste. L'attente infernale dans laquelle sont plongés les héros est palpable et le lecteur partage vraiment leur peur dès l'instant où le récit tourne mal et ce jusqu'à la toute fin. Mais j'ai aussi beaucoup apprécié les trois personnages principaux hyper crédibles, pleins de défauts humains, de peur, de colère ou même d’égoïsme. Malgré le fait qu'un parasite les dévore, ce sont souvent leurs propres défauts qui vont les empêcher d'avancer.

Enfin, tout le côté mystique du roman est vraiment bien dépeint, lui aussi très crédible, et les révélations qui arrivent au compte-goutte ne seront pas forcément des plus surprenantes mais j'ai tout de même beaucoup apprécié l'idée générale. J'aimerais pouvoir vous en dire plus afin de plus développer cette partie, surtout sachant tout le bien que j'ai à en dire, mais je m'en voudrais de gâcher la surprise à ceux qui se laisseront tenter. Des gens avec beaucoup de goût, de toute évidence !

J'ai donc passé un excellent moment, bien que court, avec Le Roi des Fauves. Ce roman m'a happée dès ses premières pages et je n'ai pu le reposer avant de l'avoir terminé. C'est un bon one-shot de dark fantasy qui est loin de révolutionner le genre, mais vraiment, je ne suis pas du genre à rechercher la nouveauté à tout prix et j'ai vraiment apprécié cette lecture. J'ose espérer que l'univers rappelle l'auteur à lui, car je lirais avec plaisir d'autre romans mettant en scène les berserkirs. J'en redemande !



jeudi 9 juillet 2015

Tag : Problèmes de lecteurs !

J'ai été taguée par l’adorablement fourbe petit Bouchon pour ce Reader Problems Book Tag (comment elle se la pète à parler anglais comme ça, out of nowhere) et pour tout vous dire, je ne m'y attendais paaaaaas du tout. Je lisais tranquillement son article quand soudain, j'ai vu mon nom tagué à la fin. En vrai, je ne lui en veux pas du tout parce que... J'aime bien les tags. Puis j'aime bien être taguée, aussi. Sinon, j'ai essayé de mettre des gifs partout comme Bouchon, mais heu, j'ai pas trop réussi... Eh bien, c'est partiiiii, voyons comment je deal avec mes problèmes de lectrices :
 

► 1 : Tu as 20.000 livres dans ta PAL. Comment décides-tu de ta prochaine lecture ?
Le jour où j'aurais 20 000 livres dans ma PàL, cela voudra probablement dire que je serais morte et au paradis du livre. Je prendrais donc le temps de me rouler dans ces 20 000 livres avant de me pencher sur la question... Hum. En général, je choisis mes prochaines lectures un peu au hasard, étant donné que tous les livres de ma Pàl me font envie... mais j'imagine que je privilégierais une suite de série hyper attendue, ou le roman d'un auteur que j'adore, ou... ou alors je demande à Matthieu de me donner un nombre et je prends le livre sur lequel ça tombe. C'est une science exacte.

► 2 : Tu as lu la moitié d’un livre et tu ne l’aime pas. Tu abandonnes ou tu continues ?
TEAM ABANDON ! Je n'ai aucun scrupule à abandonner un livre que je n'ai pas aimé. Mon point de non retour, en général, c'est le milieu du roman. J'essaye souvent de redonner une chance aux romans en question quelques temps plus tard, mais souvent je reste sur mon premier ressenti. Plus ou moins récemment, j'ai donc abandonné pour la 3ème fois Eragon (et cette fois la dernière !) et j'ai aussi abandonné Kushiel après en avoir lu une grosse moitié. Je n'ai paaaaaas du tout aimé et je ne suis pas du tout curieuse de voir là où l'auteur voulait me mener. 


► 3 : Les couvertures d’une saga/série que tu aimes ne se ressemblent pas… Comment tu gères ça ?
Déjà, j'ai de la chance, mes maisons d'édition préférées ne le font que rarement. En regardant ma bibliothèque, je ne vois même aucune série dépareillée. Ouf ! Mais je suis du genre collectionneuse et je serais capable de racheter toute la série en VO rien que pour harmoniser le tout. Mais avant je m'évanouirais probablement devant l'horreur de la situation.

► 4 : Tout le monde aime un livre que toi tu n’aime pas. A qui en parles-tu du coup ?
à Matthieu surtout, même s'il n'en a pas grand chose à faire. Puis à vous, parce que j'ai une chance de tomber sur quelqu'un comme moi. Et la plupart du temps, je ne suis pas seule !

► 5 : Tu es en train de lire dans un lieu public et tu sens que tu vas pleurer ? Qu’est ce que tu fais ?
J'ai vu toujours le même genre de réponse à cette question et... je ne comprends pas trop. Moi, je pleure franchement. Je me fiche bien de ce que des inconnus vont penser, puis avec un peu de chance ils seront curieux de savoir pourquoi, au hasard, Le Nom du Vent m'a fait pleurer dans le bus, et ils iront se renseigner. Bon, aussi, le fait que je sois hyperémotive et qu'il me soit physiquement impossible de retenir mes larmes m'en a donné l'habitude !


► 6 : La suite d’un livre que tu aimes vient de sortir mais tu as oublié pas mal de choses. Que fais tu ? Tu relis le précédent ? Tu trouves un synopsis bien spoilant ? Tu pleures de frustration ?
Cela m'arrive trèèèèèèèèèèès rarement. J'ai plutôt une super bonne mémoire pour les livres (alors que pour le reste, les trucs utiles dans la vie, c'est la lose totale.) Mais quand ça m'arrive tout de même, je relis. J'aime relire ! Là, actuellement, je relis le premier tome de la Roue du Temps en LC avec Bouchon, parce que je l'ai lu il y a 3 ans et que j'ai oublié pas mal de choses (sur un pavé pareil, je me pardonne) et que j'ai bien envie de continuer la saga !

► 7 : Tu ne veux pas prêter tes livres. Comment dis tu non gentiment si on te pose la question ?
Je dis non, simplement. Pas forcément gentiment, d'ailleurs. Disons que lorsque ma petite cousine m'avait retourné le troisième tome de Harry Potter avec la couverture RESCOTCHÉE, j'ai un petit truc dans mon cerveau qui s'est pété. Maintenant, je ne prête plus rien. Sauf ces fameux Harry Potter, ils ne peuvent pas souffrir plus.

► 8 : Tu as choisi et reposé 5 livres le mois passé. Comment gères tu ta panne de lecture ?
En général, je relis un de mes romans préférés ou je commence un petit livre jeunesse. Ou alors j'abandonne et je me mets à faire d'autres choses, du style mater des séries ou jouer à des jeux vidéos. Et souvent, l'envie de lire me revient, comme un manque.

► 9 : Il y a tellement de nouveaux livres que tu rêves d’acheter. Combien en achètes-tu réellement ?
Heu... actuellement ? Zéro T.T Il fut un temps ou je me permettais d'acheter pour 50€ de livres par mois (ce qui en faisait 2 en gros, vu mes goûts) mais maintenant c'est plutôt "youhou on a de quoi acheter du fromages pour les pâtes !" (poke Sae) et les livres passent au second plan. Mais je ne fais aucun challenge bizarre m'interdisant d'acheter des livres et je vis très bien le fait d'avoir une PàL de plus de 200 livres. Je suis une décomplexée de la PàL !
 
► 10 : Après les avoir acheter, combien de temps restent-ils dans ta PAL avant que tu ne les lisent ?
Ahahahahahahaha... ça dépend. Parfois, à peu près 12 secondes. D'autres fois, trois ans. En fait, tous les livres de ma PàL me tentent, donc... ils sont condamnés à attendre leur tour. Et un jour, peut-être... Naaaan, j'aurais toujours une PàL monstrueuse, mais c'est cool.

Oh et bien sûr, je tague... 

Supy, parce qu'elle m'en a pas du tout voulu la dernière fois,
Aurélie et Camille

jeudi 2 juillet 2015

Icônne





Auteur : Nathalie Odzierejko alias Natoo
Michel Lafon
128 pages
13,95€

Les magazines féminins donnent des conseils tous plus absurdes les uns que les autres. Élevés au rang de gourous autoproclamés, ils affirment pouvoir vous donner l'absolue vérité sur tout : votre mec, votre poids, vos vêtements, ce qui est in, ce qui est out, et tout cela, bien sûr, émaillé de publicités abracadabrantes. Icônne assume à fond et livre un magazine complètement barré et décalé, mais pas dénué de réflexion, pour remettre en question les mille et un diktats de vos magazines préférés.







Mon avis :

Si vous ne connaissez pas encore Natoo, alias Nathalie Odzierejko (à vos souhaits) je vous invite à aller découvrir sa chaîne Youtube ici afin de vous familiariser avec le personnage. Natoo est donc l'une des rares youtubeuses, voire même la seule, que je suis assidûment et avec grand plaisir, parce qu'elle est tout simplement naturellement drôle, parce qu'elle ne se prend pas au sérieux et que son humour décalé se décale juste assez pour percuter le mien avec fracas. J'étais plus que ravie d'apprendre qu'elle allait sortir un livre qui, je m'en doutais, refléterait sa personnalité haute en couleurs et je n'ai pas du tout été déçue ! Icônne est un de ces OVNI inclassables, un concentré d'humour et de bonne humeur qui peut plaire à absolument tout le monde. Même toi, oui !

Icônne, dont le nom annonce la couleur, est un donc un croisement un peu particulier entre un livre et un magazine de presse féminine. Natoo prend un malin plaisir à parodier à sa façon absolument tout ce qu'on trouve dans les ouvrages du genre, que ce soient les conseils beauté, les tests psycho ou même les publicités ; et elle n'hésite pas à se mettre en scène dans la majorité des pages, que ça la mette en valeur ou non. C'est une des choses que j'apprécie le plus chez la youtubeuse : le fait d'être une belle jeune femme ne l'empêche pas de se montrer parfois dans des postures ou des tenues tout sauf avantageuses si ça peut servir une bonne blague.

Icônne est aussi parfois très subtil.
Derrière le côté parodique se cache tout de même un message un peu plus profond, mis en avant dans les dernières pages du livre par une lettre de Natoo à la presse féminine. Elle y souligne le fait que ce n'est pas parce qu'elle la parodie qu'elle la déteste, mais juste qu'elle aimerait que le contenu des magazines dits féminins soit plus diversifié, moins à côté de la plaque et surtout qu'il cesse d'entretenir les complexes d'à peu près toutes les femmes. Un message positivement féministe, en somme. 

Malgré tout, contrairement aux magazines féminins dont on se moque ici, Icônne peut vraiment plaire à tout le monde. C'est avant tout un livre drôle qui parodie habilement quelque chose qu'on trouve tous au fond un peu beaucoup ridicule. Et pourtant, ça nous touche quand même un minimum, qu'on soit lecteur assidu ou pas. Qui n'a jamais fait un psycho-test dans la salle d'attente du dentiste, tout en sachant que le résultat serait merveilleusement débile ? Et toutes les filles rentrent un peu le ventre, en voyant les publicités dans les magazines, n'est-ce pas ? Icônne est avant tout un livre pour faire sourire, pour faire passer un joli message d'acceptation de soi. Et ça fait plaisir.

Icônne est donc un livre très bien fait, très esthétique et très drôle qui remplit toutes ses promesses. Natoo y est fidèle à elle-même et je trouve que le support livre lui convient tout aussi bien que le support vidéo pour partager sa bonne humeur et son sens de l'humour. Je suis conquise en tant que non-lectrice de magazines et fan de Natoo. Faites-vous plaisir, devenez une Icônne. Ce message n'est pas sponsorisé par les Illuminatis. 



Et si vous n'êtes pas encore convaincus, je laisse Natoo le faire :